Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 09:44

L'usage et la consommation des plantes sauvages demande une grande rigueur, sans certitude sur une plante, ne la consomez pas :


LA PROVENCE.com
04/06/2011

Alpes : trois personnes gravement intoxiquées par du datura

 

Trois personnes, une dame de 65 ans et un couple de 47 ans, se trouvaient, hier soir encore, dans un état très préoccupant dans trois hôpitaux de la région après avoir ingéré du datura, une plante très toxique, mélangée à de la salade. C'est jeudi vers 20h30 que, souffrant d'un malaise général-difficulté respiratoire, angoisse, suées-de même que son neveu et l'épouse de celui-ci, Mme Maurel, une habitante de Rougon, village situé au coeur des gorges du Verdon, a alerté les secours. 

Au vu des symptômes décrits, le Dr Michèle Bizot-Gastaldi, médecin à Castellane, dépêchée sur place avec des sapeurs-pompiers de la localité mais également des véhicules de secours venus de La Palud/Verdon, Moustiers-Sainte-Marie et Riez , pensait alors à une intoxication au monoxyde de carbone. À leur arrivée, deux des trois victimes avaient perdu connaissance et la troisième se trouvait elle-même dans un état critique. Quant au mari de Mme Maurel, Fernand, fatigué, il s'était couché tôt et n'avait pas goûté à la salade. 

Tandis que le couple et la sexagénaire étaient évacués par les hélicoptères de la sécurité civile Dragon 06 de Cannes-Mandelieu et Dragon 83 de Draguignan vers les services de réanimation des centres hospitaliers de La Timone, à Marseille, Grasse et Saint-Roch, à Nice, les constatations ainsi que l'audition de l'époux de Mme Maurel, permettaient de mieux appréhender la réalité de la situation. 

Ce que confirmeront ensuite les examens et analyses pratiqués en milieu hospitalier. De toute évidence, les trois victimes ont cueilli et ingéré du datura qu'ils ont confondu avec du chénopode, encore appelé épinard sauvage, considéré, certes, comme une mauvaise herbe mais néanmoins comestible. Selon un naturaliste, la confusion semble en effet possible lorsque le datura est jeune, les deux plantes pouvant pousser sur les aires de repos des troupeaux de moutons, ce qui semble être le cas à Rougon.Ironie du sort, le couple intoxiqué habite La Réunion, l'île de prédilection du datura, dont il était à mille lieues de penser que cette plante extrêmement vénéneuse, ou du moins d'un type très proche, leur jouerait pareil tour dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Lire aussi dans La Provence d'aujourd'hui : "Attention à la mode des herbes oubliées"

François de BOUCHONY (avec Alain CURZI)

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 07:27

On continue avec des fleurs et des baies toxiques...



Le renoncule acre, bouton d'or, Ranunculus acris L.


Celui là tout le monde le connait, il s'agit du bouton d'or... Par contact elle peut provoquer des rougissements et des cloques. L'absorption donne des brûlures buccales, des troubles digestifs, elle peut toucher les reins, avec du sang dans les urines.

 

Renoncule-acre.jpg



Et sa cousine la ficaire, appelée Ficaire fausse renoncule... Il apparaît finalement qu'elle est bien une renoncule; Petite éclaire, herbe aux hémorroïdes, Jauneau, Ranunculus ficaria L.


La ficaire présente de petits tubercules épais qui évoquent les hémorroïdes, et on l'utilise depuis le moyen-âge pour traiter ces troubles. Ses jeunes feuilles peuvent se consommer, elles sont riches en vitamine C, mais les fleurs deviennent vite amères et toxiques.

 

Chemin-de-Ficaires.jpg


Le chèvrefeuille, Saute-buisson, herbe de chèvre, herbe de Pentecôte, fleur de miel, Lonicera periclymeum.


Ce sont essentiellement ses baies rouges et translucides qui sont éminemment toxiques. Enfant ma mère me faisait sucer le suc des fleurs très gouteux (je suppose que son nom de fleur de miel vient de là), ce qui me fait dire que la fleur n'est pas toxique. Bien qu'il fut autrefois utilisé comme expectorant et vomitif, il n'est que très rarement employé en herboristerie aujourd'hui.


Chevrefeuille.jpg

 


Le genêt d'Espagne, spartier à tiges de jonc, Spartium junceum.


Toutes les parties de la plantes sont toxiques. Le genêt à balai espèce assez proche est aussi toxique. Ce sont souvent les gousses qui peuvent tenter les enfants. On peut aussi avoir envie d'en faire un bouquet, attention donc... C'est un puissant vomitif et un stimulateur cardiaque.

 

Genet-copie-1.jpg

 

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 09:28

Aujourd'hui quelques plantes que l'on rencontre fréquemment en promenade, et qui peuvent parfois tenter...


la chélidoine,

herbe aux verrues, Chelidonium majus, « grande hirondelle » en latin.


 

Comme son nom populaire l'indique, elle peut-être utiliser en médecine. Limitez vous à l'usage externe, la sève, jaune-orange peut-être appliquée sur les cors et les verrues... J'ai testé sur un petit cor cet été... Petit mais douloureux ; le centre du cor est rapidement devenu noirâtre et mon pied était un peu soulagé... Malheureusement je n'ai pu faire ce « traitement » de manière régulière... Mon cor est toujours là, je ré-essayerai l'été prochain... En usage interne cette plante est très toxique.


Chelidoine-fleur.jpg



L'arum

Arum Italicum


Au printemps on peut confondre ses feuilles avec celles de certaines oseilles sauvages. A la fin de l'été et au début de l'automne ses grappes de fruits rouges peuvent attirer. J'en un qui pousse dans mon jardin... Oui j'ai un petit jardin maintenant ! Il est parait-il très difficile de s'en débarrasser... C'est pas grave, j'aime bien sa fleur diaphane...


Arum-Italicum-Fleur.jpg

 


L'euphorbe

Euphorbia...

 


Il existe plusieurs milliers d'espèces dans la famille des euphorbes... le latex blanc qui s'écoule lorsqu'on coupe la tige est hautement toxique, il provoque des irritations de la peau et est dangereux pour les yeux. La toxicité est également valable pour les graines, utilisées autrefois comme purgatif. Attention donc aux enfants qui pourraient vouloir faire un joli bouquet pour maman...


Euphorbe.jpg


A savoir, la plupart des toxiques s'utilisent en médecine, mais leur usage ne doit être fait que sur les conseils d'un praticien qualifié.

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 16:17


Bon me voilà de retour, bien que la saison ne se prête pas encore à la cueillette...

J'avais pris des photos de toxiques, je vais vous en présenter quelques-unes... dans la nature le rouge et la couleur sont bien souvent synonymes de poison...



Dans un premier temps les plantes qui présentent des baies bien appétissantes...


Le lierre

Hedera helix


C'est une liane rampante qui s'agrippe au murs et aux arbres il peut atteindre 30 m de long et 25 m en hauteur. Ses baies vertes dans un premier temps puis noires peuvent faire envie. Toute la plante contient des saponosides, il était utilisé dans les campagnes comme purgatif, il peut aussi rentré dans la composition de sirop pour la toux.

 

Lierre

 


Le fusain

Euonymus europaeus


C'est un arbuste commun en France. A l'automne et jusqu'à l'hiver on peut voir ses fruits d'un magnifique rose et forts tentants, leur aspect les a fait surnommer « bonnets d'évêque ». Toutes les parties de la plante sont toxiques, les fruits sont plus concentrés en substances.

 

Fusain1.jpg

 


La morelle noire

aussi appelée « tue-chien » ou « raisin du loup »; Solanum nigrum


Elle appartient à la famille des solanacées, comme la douce-amère ou la belladone. Elle contient de la solanine comme la plupart des solanacées, non détruite à la cuisson. Elle peut provoquer des intoxications... Cependant pour certains auteurs les baies noires seraient comestibles...

La douce-amère à laquelle la fleur de la morelle noire ressemble est elle hautement toxique. Pour ne pas les confondre les fleurs de la douce-amère sont mauves et les fruits sont rouges.

 

Morelle noire 2

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 21:02
J'espère bien !

je passe vous donnez quelques 'tites nouvelles... J'ai enfin trouvé ma maison !!! A la campagne comme je le souhaitais... Au milieu des vignes, normal en pays viticole...

Mon ordinatuer est en panne et je déménage cette semaine... Dans quelques temps j'espère revenir vous donner quelques recettes.

Enfin bref comme promis, je reviendrais !!!

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 07:52

 




Impossible depuis 15 jours de remettre ma bibliographie dans la colonne de droite… Je n’arrive pas à enregistrer du texte libre… Du coup je vous la mets en article, ce qui me donne l’occasion de présenter aussi les couvertures et d’y ajouter des commentaires…
J’en profite aussi pour m’excuser auprès de mes abonnés parce que je vais publier 2 fois le même article en 2 jours… Over-blog refuse la modification de l’article et la 1ère version ne me convient pas !




Annie-Jeanne et Bernard Bertrand ; La cuisine sauvage au jardin ; De Borée 2006


Annie-Jeanne et Bernard Bertrand ; La cuisine sauvage des haies et des talus ; De Borée 2006


Ces 2 là, ce sont les derniers achetés... Les recettes sont très intéressantes, mais j'ai acheté une édition peu chère... Donc en noir et blanc ce qui nuit un peu à la qualité des illustrations... C'est plus difficile pour identifier les plantes. Ils existent aussi aux Editions de Terran.




Marianne Grand ; Cueillettes gourmandes ; Solar famille 2001

Ça c'est un grand bouquin, impossible de l'emmener en promenade, mais il est très chouette avec des recettes illustrées et réalisables par des enfants. Une fiche technique permet d'identifier la plante, de savoir ou et quand la trouver, que récolter de la plante, comment conserver et comment consommer... Très très complet, et en prime un calendrier des récoltes en fonction des milieux (campagne, mer, montagne, forêt, garrigue)




G. Mandahl-Barth, M. L. Bauchot ; Animaux et plantes du bord de mer ; Fernand Nathan env. 1965

Ça c'est un coup de bol aux puces de Perpignan ou d'Ille-sur-têt... J'ai reconnu l'édition et j'ai acheté de suite avec 2 autres sur le potager... Des planches dessinées à la main, super bien faites... Une véritable aide à l'identification.




Francis Massart ; Les Champignons, ou et quand les trouver ; Editions Sud-Ouest 1996

Un guide sur les champignons clair, belles photos au format poche...




F.A. Novak ; Encyclopédie illustrée du monde végétal ; Gründ 1977

Aussi gros qu'un dictionnaire, presque que des photos en noir et blanc...Un cadeau de Noël de la boîte de ma mère quand j'étais gamine... J’avoue qu’à 11 ans, je n'ai pas compris l’intérêt d’un tel cadeau, mais je m'en sers de temps en temps.




Annie Pavlowitch ; La cuisine des petits chemins ; Tana Editions 2008

Celui-là, comme vous pouvez le constater à l'état de la couverture, je le trimballe partout et je m'en sers pour les recettes. Un topo sur les principales plantes toxiques, de jolies photos qui aident vraiment à l'identification... Des recettes sympas... J'aime bien le sous-titre, et toute la collection a l'air rigolote !




Miriam Polunin & Christopher Robbins ; La pharmacie naturelle ; Minerva 1992

Mon grimoire, tout y est en matière de médecine par les plantes !




Charles Zettel, Louis d’Entresangle, Le petit livre des champignons ; First Editions 2000

Si petit qu'il rentre dans la poche d'un jean et donc super pratique... Principaux champignons comestibles et toxiques.




La collection complète du magazine Régal ;

Mon magazine de cuisine préféré... je les ai tous !

 

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 08:10
Dans un article publié ce jour "La Voix du Nord" alerte sur la progression de la maladie dans plusieurs départements, plus de cas de transmission à l'homme et aussi plus de départements touchés... Article !


Rappelons les consignes de base : 

  • Ramasser à hauteur de main d’homme les fruits et plantes que l’on mange crus.

  • Faire cuire ce qui est ramassé au sol, les œufs résistent au lavage, aux antiseptiques et à la congélation, ils ne résistent pas en revanche à la cuisson (conditions de cuisson : 10’ à 60°C, 5’ à 70°C ou 1’ à 100°C), ou cueillir dans des zones auxquelles les animaux sauvages n’ont pas accès.

Rz_ANIMX231-copie-1.jpg


Sur ce lien vous trouverez 2 cartes (p4) concernant la progression de la maladie dans les départements touchés.

Dans le désordre : Le Nord, l'Aisne, les Ardennes, La Meurthe et Moselle, la Moselle, la Haute Marne, les Vosges, le Haut-Rhin, Le territoire de Belfort, la Haute-Saône, la Cote d'or, le Doubs, le Jura, la Haute-Savoie, la Savoie, le Rhône, l'Ardèche, Les Bouches du Rhône, l'Allier, le Puy de Dôme, le Cantal, l'Aveyron, la Lozère, la Haute-Garonne, le Val d'Oise, le Val de Marne, la seine-Maritime, l'Orne, l'Ille et Vilaine, le Maine et Loire et la Vendée !

Plus d'infos : 
Entente Rage et Zoonoses


Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 19:05

Ou l’échinococcose alvéolaire

Je ne vais pas faire très long aujourd’hui, parce que je vais vous mettre des liens ou tout cela est très bien expliqué par des personnes compétentes…


Dans L’article « un cueilleur sachant cueillir », je parle des renards qui font pipi en l’air… Ben, c’est plutôt par leurs excréments que cette maladie se transmet à l’homme. Bien que très rare, elle peut être mortelle et vous comprendrez bien que j'ai pas envie d'avoir de morts sur la conscience !

Il s’agit d’un petit ténia qui vit dans les intestins du renard, on retrouve des œufs microscopiques dans ses excréments qui souillent fruits ou plantes au sol. Les animaux ou humains qui ingèrent  ces œufs sont à leur tour infectés par cette maladie qui peut mettre 5 ans à se révéler. Les œufs résistent au lavage, aux antiseptiques et à la congélation (retords les bougres !), ils ne résistent pas en revanche à la cuisson (conditions de cuisson : 10’ à 60°C, 5’ à 70°C ou 1’ à 100°C).

Toutes les régions ne sont pas touchées et la maladie fait l’objet d’une surveillance rigoureuse dans les départements touchés. Ceux-ci sont essentiellement à l’est de la France  et  dans le massif central (vous trouverez une carte de France avec les départements touchés )

Pour les consignes :

Ramasser à hauteur de main d’homme les fruits et plantes que l’on mange crus.

Faire cuire ce qui est ramassé au sol, ou cueillir dans des zones auxquelles les renards n’ont pas accès.

Liens : 
Article de la fédération Nord Nature sur L’échinococcose alvéolaire et observatoire européen de la maladie EurEchinoReg.


Je vous mets une tit' photo de joli renard, vous vous doutez bien que celle là c'est pas moi qui l'ai prise...

 
Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 16:42

Le bon cueilleur est celui dont on ne voit pas la trace…

 

Trop de personnes, au moment du ramassage, détruisent pour partie ce qu’elles sont venues chercher… ou pas ! Attention où vous mettez les pieds !
 

Alors on regarde ou l’on marche… On se munit d’un panier (indispensable), d’un sécateur ou d’un couteau…

 


Bien sûr, râteaux et peignes sont à proscrire, ainsi que l’arrachage de plante ; LA CUEILLETTE A LA MAIN, C'EST MALIN !
 

On peut aussi emmener avec soi un guide papier qui aidera à la reconnaissance et permettra de parfaire ses connaissances. Certaines collections sont super bien faites et rentrent dans une poche de jean.
 

On doit aussi respecter la propriété privée, la cueillette est une tolérance dans le domaine public, mais on doit demander l’accord du propriétaire sur les terrains privés. Certes si vous allez ramasser des pissenlits ou des orties, le propriétaire ne vous en tiendra pas beaucoup rigueur… Mais en période de champignons, ça peut valoir des pneus crevés voire des coups de fusil… Et une cueillette familiale n’excède pas les 5 kg…
 

Il faut bien sur éviter la cueillette en bord de route et ramasser en hauteur, il paraît que les renards font leurs besoins en l’air !!!
 

On ne ramasse que ce que l’on reconnaît avec certitude, sinon on peut cueillir un exemplaire de ce que l’on ne reconnaît pas et s’adresser à un pharmacien… La ciguë peut être confondu avec la carotte sauvage, le sureau à un cousin le faux sureau ou sureau hièble... Je ferais un article sur les plantes toxiques dans quelque temps.
 

On choisit des plantes jeunes et saines, dont on coupe la partie terminale de préférence…


Voilà pour les conseils et les consignes, mais il fallait bien le faire ! 

 

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 12:36
Bon voilà je me lance aussi dans l'aventure blog ! Dans l'espoir de rencontrer d'autres fans de cueillette... LA CUEILLETTE C'EST CHOUETTE, y a pas que la cueillette d'ailleurs... Y a surtout le plaisir de manger ce que l'on a ramassé et la nature n'est pas avare de dons quand on se donne la peine de les chercher un peu !
 

 

 

J'ai commencé tôt, c'est une habitude familiale de ramasser et de se régaler... Là c'est la pêche au crabe au lac d'Hossegor, ma mère fait ensuite une bisque avec... On n'y péchait pas que les crabes mais aussi un peu plus haut au niveau du canal, les huîtres sauvages, les moules et les crevettes...


 

La cueillette, c'est pas si simple... Quand on habite le centre d'une grande ville, alors j'espère que vous serez aussi là pour me donner envie d'aller cueillir le dimanche au gré des promenades... Alors il y a ce que j'ai toujours ramassé, les cèpes, les girolles, les crabes, les tellines et les palourdes, les répountchous... Il y a ce que j'ai appris et ce que vous allez m'apprendre !!!


 

En ces temps de disette la cueillette c'est du beurre dans les épinards... Revoilà le printemps, et son lot d'herbes folles à ramasser, pissenlits, jeunes pousses d'orties, répountchous (sorte d'asperges sauvages), plantain... et ailleurs poireaux sauvages, morilles, violettes (qui sait faire la glace à la violette, je suis preneuse !)...


 

 

La recette du jour ce sera donc...

 

QUICHE AUX ORTIES

1 pâte brisée

1 saladier d'orties

2 Verres de lait ou 1 brique de crème liquide

3 oeufs entiers

150 gr de jambon ou 1 barquette de dès de jambon

1 peu d'ail

 

Blanchir les orties à l'eau bouillante, les mouliner avec le jambon et l'ail. À part mélanger les oeufs et le lait, saler, poivrer. Rajouter le mélange orties-jambon. Étaler la pâte, mettre le mélange dessus... Faire cuire à 210° pendant 25 minutes

 

 

 L'ortie peut aussi se faire en soupe, en purée, en pâte à tartiner, en soufflé, en sauce...

Repost 0
Published by Pia - dans Général
commenter cet article

Présentation

  • : Cueillette & Cie
  • Cueillette & Cie
  • : Pour ceux et celles qui souhaitent cueillir et déguster !!!
  • Contact

Texte Libre

Recherche