Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:38

Renouée du Japon, Fallopia japonica, reynoutria japonica, polygonum cuspidatum,

 

Hier j'ai pu faire une courte balade outres les orties dont je raffole, j'ai ramassé de la Renouée du Japon.

 

 

Renouée du Japon 5

 

C'est seulement la 2e fois que j'en consomme, La Renouée du Japon se coupe facilement avec la main, à sa base, quand elle est jeune et c'est signe qu'elle est tendre. Si vous trouvez de toutes jeunes pousses à la base (j'en ai trouvé quelques unes hier), elles ressemblent à des asperges piquées de rouge et sont encore meilleures...

 

Actuellement elle se reconnaie facilement car elle pousse au milieu des ses pousses de l'année dernières, elle est au mileu d'une forêt de bambous ;)

 

C'est une plante invasive arrivée du Japon, elle y est cultivée et ne se multiplie pas de manière sauvage, chez nous et particulièrement dans le Sud-Ouest on voit ses massifs partout dans les fossés. Elle est dangeureuse pour notre éco-système. En la consommant vous faites une bonne action...

 

On a bien réussi à éradiquer des espèces animales en les sur-conommant, pourquoi pas cette renouée...

 

Pour la recette je ne vous mettrez pas de photos, c'était un peu purée hier, mais très bon (faut améliorer le visuel) mais contrairement à Lin Campagnarde (ou "Lou Bécasse") , je ne passe pas mon temps à faire des essais pour pouvoir dire que je suis la meilleure du monde (du coup, elle va pas tarder à publier une super recette wizzzzzzzzzzzzzzz !)

 

Donc ce que j'ai fait de mieux, c'est saisi à la poêle, avec quelques graines de tournesol ou de sésame, et un trait (assez grand chez moi) de sauce soja sur la fin.

 

C'est acide la Renouée du Japon, ça change de nos habitudes, mais chez moi, la saison à un mois d'avance et c'est le moment de tenter ; A vous de choisir...

 

Plus tard dans la saison vous pourrez encore consommer les tiges et feuilles de la tête...

 

Et je ne saurais que vous conseiller de tenter toutes les recettes du blog sauvagement bon, un vrai gastronome de la cueillette sauvage !

 

  Renouée du Japon 2

Repost 0
Published by Pia - dans Plantes
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 14:03

Ortie, grande ortie, petite ortie,Urtica diodica, Urtica urens.

 

On trouve l'ortie dans les sols riches en azote, aux bords des chemins et à proximité des habitations. Elle disparaît en hiver là où ils sont rigoureux, mais elle peut se consommer toute l'année dans les régions plus clémentes. On ne décrit plus l'ortie, plante aux mille vertus, s'il ne fallait en manger qu'une ce serait celle-là. D'une part, elle est riche en vitamine C et en fer et elle facilite l'absorption de ce dernier, ce qui en fait un excellent fortifiant quel que soit la manière dont vous la consommez. D'autre part elle présente des effets antihémorragiques, dermatologiques, stimulants de la circulation sanguine, des défenses immunitaires, de la production de lait et elle abaisse le taux de sucre sanguin (pour les diabétiques non insulino-dépendants).


Ortie2-copie-1

 

Elle est aussi un excellent engrais naturel pour vos plantations, on en fait de la corde ou bien du tissu, du papier... Elle fut utilisée comme colorant naturel dans les conserves à raison de sa grande teneur en chlorophylle.

On dit que les romains s'en fustigeaient le corps lors de la rude campagne anglaise pour se réchauffer ou contre les rhumatismes, N'hésitez pas à me dire si c'est efficace quand vous aurez testé . En Inde elle est associée à d'autres plantes pour les hémorragies et les problèmes de peau.

Pour la cueillette munissez vous d'un gant et de sécateurs ou de ciseaux... Vous pouvez aller jusqu'à adopter la tenue de l'apiculteur, mais le fait de ne pas se balader en short et t-shirt devrai suffire... Néanmoins, si vous êtes piqué, pensez à frotter la brûlure avec du plantain qui calmera rapidement l'inflammation. Ne cueillez que les feuilles les plus hautes et les plus tendres, ne la cueillez pas si elle est en fleur ou montée en graines.

Voilà pour le descriptif, maintenant les deux recettes que j'ai testé pour vous dont une pas très convaincante et l'autre vraiment excellente... A vous de voir et d'améliorer.

 

 

CAKE AUX ORTIES, JAMBON ET GRUYERE

 

 001

 

  • 150 gr de farine
  • 100 gr environ d'ortie
  • 3 oeufs
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 10 cl de crème liquide
  • 5 cl d'huile
  • 1/2 barquette de fromage frais
  • 1 barquette de dés de jambon
  • 100 gr de gruyère
  • Beurre
  • Sel

     

    Préchauffer votre four à 180°

    Laver les orties

    Mélanger farine et levure et sel, puis ajouter les oeufs et mélanger à nouveau jusqu'à obtenir une pâte lisse et sans grumeaux.

    Incorporer l'huile, puis la crème, puis le fromage frais.

    Passer vos orties au mixeur pour les hachés finement

    Ajouter à votre pâte orties et dès de jambon

    Verser le tout dans votre moule préalablement beurré, pour ma part je chemise mon moule avec du papier sulfurisé, c'est plus facile pour le démoulage.

    Placer votre cake au four pour environ 40 minutes.

     004-copie-1

     

    Pour tout dire j'ai trouvé ça bon, mais un peu sec... Je l'ai donc mangé comme du pain avec un peu de saumon fumé et du fromage.

     

     

    POTAGE AUX ORTIES, CROUTONS A L'AIL ET HADDOCK FUME

    Ben là, je dois bien dire que c'était vraiment « topissime », je me suis épatée moi-même !

     

    Donc il vous faut par personne :

    • 3 petites pommes de terre
    • 30 gr d'orties environ
    • Une belle tranche de pain de campagne de la veille ou plus ancienne
    • 10 cl de crème liquide ou tofu soyeux
    • 1 filet de haddock mais ça doit pouvoir se faire avec n'importe quel poisson fumé
    • 1 gousse d'ail rose de Lautrec, là je fais ma « péteuse », ce que vous avez en ail et en fonction de ce que vous aimez (je ne suis pas hyper fan d'ail, donc je le choisi avec délicatesse et c'est le meilleur)
    • Sel (très peu à cause du haddock fumé)

     

    Orties 002

     

    Mettre à cuire dans une casserole les pommes de terre et l'ortie, couvrir d'eau juste à niveau.

    Frotter les croûtons à l'ail, puis les détailler en dès, enfin les mettre à frire dans une poêle avec un fond d'huile d'olive.


    Orties 004

     

    Effiloché le haddock : prendre un couteau assez grand et pas trop épais; tailler le haddock tous les 1 cm en allant au plus près de la peau, puis en glissant le long de la peau et faire des lamelles de haddock (c'est assez facile en fait)

     

    Servir...


    Orties 005

     

    Soit vous faites comme moi et l'assiette est servie toute prête (mais j'étais toute seule aussi) soit vous servez la soupe à l'ortie et tous les ingrédients dans de petits bols autour et chacun fait comme il aime...


    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 11:03

    Ail des bois ; Allium Ursinum

     

    Origine du nom : La légende voudrait que les ours en raffolent au sortir de l'hibernation et en face une consommation pantagruélique...

     

    Ail des ours 4 I


    Voilà longtemps que je lis sur cette plante sans jamais avoir eu la chance d'en croiser... Tout les connaisseurs en matière de cueillette ne cessent d'en vanter le goût et les vertus. J'avais même déjà repéré la recette qui m'alléchait au plus haut point.

    La semaine dernière au détour d'une promenade dans les bois j'aperçois de jolies petites fleurs blanches en bouquets. Je me penche et coupe une fleur... Aussitôt une agréable odeur d'ail vient chatouiller mes narines... Ca y est j'avais enfin découvert l'ail des ours, je me relève et j'aperçois bien une colonie d'Ail des Ours … J'allais enfin pouvoir faire ce gratin !


    Ail des ours 1 champL'ail des ours est une plante des sous-bois frais et ombragés, ses feuilles sont vertes et lancéolées, il peut attendre de 20 à 50 cm de hauteur. Il pousse en colonies. La fleur est un bouquet de petites fleurs blanches à 6 pétales en étoile. Lorsqu'on coupe une feuille ou qu'on la froisse, elle dégage une odeur d'ail caractéristique. Les bulbilles blancs se ramassent de septembre à janvier. Si vous souhaitez ramasser des bulbilles, prenez garde a avoir repéré votre gisement l'année précédente lorsqu'il avait des fleurs. Les feuilles et les fleurs se ramassent d'avril à mai. La plante disparaît rapidement lorsqu'il n'y a plus de fleurs. Ici c'est la fin de la saison. On la rencontre dans presque toute l'Europe à l'exception du bassin méditerranéen.


    Attention en l'absence de fleurs on peut la confondre avec le Muguet de mai ou la Colchique d'automne, toutes deux très toxiques... L'odeur d'ail est un bon moyen de ne pas se tromper.


    Ail des oursSes vertus thérapeutiques sont nombreuses et connues des Celtes et des Germains. C'est un des meilleurs dépuratif connu avec le pissenlit et l'ortie, c'est pourquoi il est conseillé d'en faire   une cure au printemps; 2 ou 3 feuilles crues hachées et rajoutées à la salade quotidienne. Il soigne aussi les épidermes couvert d'impuretés, il est hypotenseur, a ntispetique et hypolipémiant (il abaisse le tau x d u mauvais cholestérol, et augmente le bon). On considère généralement que ses vertus sont les mêmes que l'ail frais mais plus développées.


    On le consomme cru en salade, en pesto, en tartinade, en condiment. On peut conserver les boutons floraux au vinaigre, rajouter les fleurs à une salade...


    Pour ma part, je l'ai cuisiné en gratin...

    En voici quelques photos...


    002005004Gratin Ail des ours 002

     

     

    La dernière photo, dsl, c'est la recuisson, j'ai été trop gourmande ;).

     

    Pour la recette, a tout seigneur tout honneur, c'est ;


    Je vais aussi en faire un pesto, amandes et ail des ours...

    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 06:08
    Comme vous avez pu le constater, je me fais plutôt rare en ce moment.

    Comme d’autre avant moi, je vis actuellement une séparation que je ne souhaite pas. Cela mobilise toute mon énergie et je ne suis pas disponible pour autre chose.
     
    J’ai aussi retrouvé du travail, une mission en plomberie depuis le début du mois de juin (et oui je suis plombier) et j’enchaîne à partir de la semaine prochaine avec un contrat de 6 mois dans mon ancien métier (dans l’organisation de spectacles). J’aurais un peu plus de disponibilité pour mes cueillettes, si j’en ai le courage…
     
    Je n’abandonne pas ce blog, c’est un projet que j’ai longtemps mûri avant de le mettre en œuvre. Il sera juste en suspens pendant quelque temps, le temps que je me retrouve…
     
    Je remercie tous ceux qui m’ont suivi jusqu’ici.
     
    Je vous livre une photo de ma dernière cueillette, elle date du mois de mai. Vous aurez peu de chance de trouver encore des jeunes pousses de fragon (faux houx), ce sera peut-être pour l’année prochaine…


    JEUNES POUSSES DE FRAGON



    Pour les trouver, il suffit de repérer les buissons du petit houx et de regarder à leur base. Les tiges les plus jeunes sont encore blanches. Celles un peu plus développées prennent une teinte violacée avant de reprendre un aspect chlorophyllien plus classique.

    La cueillette est assez délicate, surtout lorsque les pousses sont au milieu des pieds des années précédentes. On peut les cueillir en les cassant. Lorsqu’elles plient sans se casser, c’est probablement que vous les prenez trop bas. C’est de toute façon la partie haute des pousses qui est la plus intéressante.

    Ébouillanter les pousses de fragon 5 minutes avant de les plonger dans de l’eau très froide, égoutter et servir comme des asperges.
    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 11:48

    Ou menthol, menthe anglaise, menthe sauvage, mentha piperita.


    La menthe poivrée est une plante de 40cm à 60cm de haut, à feuilles opposées, sa tige est légèrement velue et presque noire. Les feuilles sont découpées en dents-de-scie, sont vert foncé au-dessus et vert pâle parfois virant au bleu turquoise en dessous. Les fleurs sont roses et regroupées en épis au sommet de la plante. Elle se rencontre dans les terrains humides, bords de fossés ou de cours d’eau, sous-bois. Elle se cultive facilement à l’ombre dans un bac à réserve d’eau. Il est même conseillé de la cultiver en pot plutôt qu’en pleine terre car elle est très envahissante.


    Elle est la plante médicinale la plus utilisée dans les pays occidentaux. En tisane, on l’utilise pour ses effets calmants pour la digestion, la colique, les irritations intestinales, les flatulences et les nausées matinales. Elle est apéritive, tonique et digestive. Son huile essentielle est utilisée en massage léger sur les tempes contre les maux de tête et migraines.

    Dans la grande famille des menthes, seules 2 espèces conservent leur parfum en séchant ou chauffant : la menthe poivrée et la menthe verte. Outre les traditionnels thés, infusions, taboulés, sauces… On peut faire soit même son vin de menthe ou sa liqueur de menthe, l’ajouter à un beurre d’herbes pour garnir des escargots, dans un mélange d’herbes pour faire une omelette. Associée à un ½ verre de bicarbonate de soude, elle fait d’excellents bains de pieds.


    SIROP DE MENTHE POIVREE

    Environ 250 gr de menthe poivrée, soit un gros bouquet

    1 l d’eau

    1 kg de sucre

    Faire bouillir l’eau. Mettre la menthe dans un bocal en verre de 1l hermétique. Verser dessus l’eau bouillante. Laisser infuser 24h. Le lendemain mettre l’infusion et le kg de sucre sur un feu doux, couvrir. Le sirop ne doit pas bouillir. Le sirop est prêt lorsqu’une goutte sur une surface froide ne « s’étale » pas. Attendre le refroidissement, mettre en bouteilles.



    Le sirop peut s’utiliser pour faire des sorbets à la menthe, ou glaces bâtons…


    LOTION ASTRIGNENTE POUR PEAU GRASSE

    25 gr de feuilles de menthe infusées 15 minutes dans 50 cl d’eau minérale bouillante. Mettre en flacon. Garder au frigo maximum 1 mois.

     

    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 11:06

     

    Répountchous, répounstous, respounjous, respounsous, responchons, Herbe aux femmes battues, racine de feu, raisin du diable, taminier, vigne noire ou tamier commun, Dioscorea communis ;




    Attention toute la plante est toxique à l’exception des jeunes pousses !

    La racine est médicinale et on l’utilise pour soigner les coups (d’où son nom herbe aux femmes battues), les douleurs articulaires, la goutte…



    À la demande générale, en voici un peu plus sur cette herbe proche de l’asperge sauvage par son aspect, on les confond souvent. Bien qu’appréciable, le goût des réspounchous ne peut se comparer à la finesse de l’asperge sauvage ! À part ma mère (landaise) je ne connais que les Tarnais et les Aveyronnais pour manger de cette herbe au goût amer assez prononcé… Mais quand on sait la cuisiner on peut se régaler…



    On la trouve dans les haies et surtout dans les ronces… La tige peut atteindre jusqu’à 3 m de long, elle s’enroule autour des ronces, grillages ou tout autre support qui lui servent de tuteurs. Les feuilles sont en forme de coeurs renversés, les fleurs verdâtres sont petites et réunies en grappe. Les petits fruits rouges sont très attirants mais toxiques. Au printemps la pointe dépasse généralement de quelques centimètres au-dessus du roncier. On coupe la tige 7 ou 8 cm en dessous de la pointe, elle se coupe facilement avec les doigts.



    Dans la plupart des recettes, on l’a fait cuire à l’eau bouillante salée et vinaigrée pour enlever l’amertume, mais on peut aussi la faire cuire dans du lait bouillant (2 ou 3 minutes) qui a la faculté d’enlever l’amertume, puis dans de l’eau bouillante… ou dans plusieurs eaux.



    Voilà la recette classique des « RESPOUNCHOUS »

    Repontchous

    Garder les pointes et 5 ou 6 cm de tige. Les ébouillanter 5mn à l’eau salée et légèrement vinaigrée ou quelques minutes dans du lait puis dans de l’eau. Egouter et réserver dans un saladier dans lequel on aura écrasé un œuf dur.

     

    Faire revenir à la poêle des lardons de ventrèche fumée ou roulée. En l’occurrence, nous n’avions pas de ventrèche, on a remplacé par du jambon de Bayonne, j’espère que les amis Aveyronnais ou Tarnais ne nous en voudront pas trop ! Verser sur les respounchous. Faire une vinaigrette, verser dessus. Bien mélanger le tout. Servir tiède en entrée…





     

    Les répountchous se mangent aussi en omelette.

     

    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 09:29
    Article du 16/03/09 réédité

    Dimanche a tenu ses promesses, une vraie belle journée de printemps… Pendant que nous prenons la route de l’Entre-Deux-Mers, les quais de la Garonne ressemblent aux Champs-Élysées…

    Ba
    lade gourmande, douceur et plaisir des yeux !!!

    Je commence par tout ce qui se mange…
    Ciboulette sauvage, allium schoenoprasum, va rentrer dans la fabrication du soufflé aux herbes sauvages de ce soir ! Elle dégage une odeur d'ail lorsqu'on la coupe, on se sert des feuilles sans déterrer l'oignon.
       
    Ciboulette sauvage, allium schoenoprasum, va rentrer dans la fabrication du soufflé aux herbes sauvages de ce soir ! Elle dégage une odeur d'ail lorsqu'on la coupe, on se sert des feuilles sans déterrer l'oignon.     Fraisiers-sauvages-en-fleurs.jpg  
       

       
      Primevère, aussi appelée coucou,primula veris ; Nous n'en avons pas vu beaucoup... Alors je les ai laissé...
       
       
    Poireau sauvage, baragane, Allium polyanthum,il y en avait peu, je les ai donc laissé sur place... mais si vous habitez près de Perpignan, allez vous promener dans les vignes, ils y poussent à foison !
    Bien moins fort que le poireaux du commerce, c'est un régal froid avec une vinaigrette !
       
       
    Oseille-sauvage.jpg Oseille Sauvage, oseille commune,  Rumex acetosa, un régal en sauce avec des échalotes et une alose...
       
    Violette, mais il ne s'agissait pas de la violette odorante... Zut, je veux tenter le sirop de violettes...

    Et aussi du mouron blanc, du laurier sauce et des orties... Les orties ont servi pour une quiche hier soir, ce soir c'est soufflé aux herbes folles (mouron, oseille et ciboulette). 

     

    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 07:13
    Le week-end dernier nous nous sommes promenés en Médoc, ce qui n’était pas forcément une bonne idée, dans la mesure où c’était aussi un week-end portes ouvertes dans les châteaux, on a résisté à l’envie de s’arrêter du côté de St Estèphe pour déguster du Haut-Marbuzet… Enfin, il y avait beaucoup de monde sur la route…

    On a donc filé tout droit aux ruines gallo-romaines de Brion, théâtre antique et villa gallo-romaine…



    On a bien ramassé quelques herbes et fleurs mais rien que je ne vous ai déjà présenté… À part l’achillée millefeuille.

    L’achillée millefeuille ; Herbe aux charpentiers ; herbe aux coupures, herbe à la saignée, herbe aux militairess, saigne-nez ; herbe de la Saint-Jean, herbe de Saint-Joseph, herbe à dinde, herbe aux cochers, sourcil de Vénus, Achillea millefolium.



    Selon la légende, elle tiendrait son nom au fait qu’Achille l’aurait utilisée pour empêcher les blessures de ses soldats de saigner. Avec de tels noms, on ne sera pas étonné de trouver parmi ses vertus qu’elle est anti-hémorragique… Et aussi anti-inflammatoire ; astringente, elle fait baisser la fièvre, favorise la transpiration et enfin hypotenseur. Elle est utilisée comme cosmétique et dans de nombreuses liqueurs, elle est contre-indiquée pour les bébés et les enfants, de même que pour les femmes enceintes et pour celles qui allaitent.

    On cueille les jeunes feuilles de févriers à avril, avant que la tige n’apparaisse, sinon elles deviennent dures et trop fortes. On en trouve partout, dès que l’on a laissé à la nature le droit de s’étendre en liberté. Ses fleurs sont blanches ou rosées. Elle dégage une odeur de plante aromatique lorsque l’on froisse ses feuilles.

    On mange les jeunes feuilles en salade ou comme condiment et ses fleurs en condiment.

    BEURRE D’ACHILLEE MILLEFEUILLE
    Pour accompagner un poisson par exemple
    - 2 sommités fleuries
    - 50 g de beurre
    - 1 dl de bouillon de légumes
    - sel

    Faire très légèrement frire les fleurs hachées avec 20 g de beurre et ajouter le bouillon.



    Du plantain lancéolé, petit plantain, Herbe à cinq coutures,Plantago lanceolata.
    Les jeunes feuilles peuvent être mangées en salade, les plus vielles se font cuire et conviennent aux soupes, tourtes…


    Cette fois ci j’ai pu faire une photo avec la fleur et la longue tige qui vous permettra de mieux reconnaître la plante.
     

    Et encore des coucous...
     
    Et de l'alliaire !
     

    Et le soir, j’ai ajouté alliaire haché finement, fleurs et feuilles de coucous dans ma salade… Mon petit bonhomme n’a voulu manger que les fleurs ! C’était si joli !

     


    NB : Désolée pour mes abonnés, mais j'ai du refaire certains de mes articles qui ne s'affichait pas normalement ...
    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 11:47

     

    Pas de cueillette ce dernier WE, j’ai peut-être été présomptueuse de penser avoir le temps de cueillir, alors que nous avons traversé la France dans sa longueur, mangé chez ma belle-sœur, fêté les 40 ans d’un copain… Et retour !

    Ma belle-sœur a pourtant l’immense chance d’habiter la campagne… Et de profiter d’une pâture avec un âne où poussent allègrement rumex, orties, violettes et sureaux dans la haie (miam !).

    J’ai donc farfouillé dans mes « archives » pour vous proposer quelque chose à grignoter.

    Il y a quelque temps déjà, avec la fille de mon mari nous avons découvert un nouveau parc à proximité de chez nous. Il est tellement facile de se rendre à pied au Jardin Public, doté du Muséum d’Histoire Naturelle et d’un jardin botanique, que nous n’avions jamais été jusqu’à celui-là, pour lequel il nous faut prendre la voiture…
    C’est un petit parc, ouvert il y a 3 ans, son intérêt pour nous c’est que, peu connu, une bonne partie du parc est restée à l’état sauvage… J’ai donc pu y prendre quelques photos de plantes comestibles et aussi toxiques… Je n’y ai malheureusement rien cueilli, les parcs des villes ayant comme visiteurs les chiens citadins assez enclins à souiller leur environnement…





    Je commence par une plante toxique la chélidoine, ou herbe aux verrues, grande éclaire, herbe aux boucs, herbe aux hirondelles,
    Chelidonium majus. Elle pousse à partir du printemps sur le bord des chemins, dans les décombres, le long des murs ou à l'orée des bois. Attention cette plante est hautement toxique, mais on se sert de son suc jaune orangé sur les verrues et cors qu’elle est censée faire disparaître.









    Nous y avons aussi trouvé les dernières primevères communes, primevère acaule, primevères sans tige, 
    Primula vulgaris, plus commune par ici que le coucou (Primula veris)… On la rencontre sur les talus et dans les prés. Feuilles et fleurs sont comestibles et ont les mêmes vertus médicinales que le coucou. On les consomme en salade ou en dans un potage avec d’autres herbes.









    Bien sûr et toujours des violettes… Odorantes cette fois !









    Des rumex de toutes tailles… J’ai un peu de mal à vous dire duquel il s’agit… Peut-être le rumex obtusifolius comestible, jeunes pousses en salade et autres feuilles comme les épinards…




    Et enfin Alliaire, herbe à l’ail, pied d’âne, Alliaria petiolata.


    L'alliaire est une plante très commune en campagne, elle se trouve le plus souvent dans les lieux ombragés : lisières des bois, longs des haies. De la famille du chou, cette plante dégage un délicat arôme d'ail. Pour la reconnaître, froissez ses feuilles, s’il s’en dégage une odeur d’ail… C’est tout bon !
      On récolte en priorité les feuilles du sommet, moins filandreuses et les fleurs. Elle s’utilise uniquement crue, cuite, elle devient amère et on l’utilise comme condiment de la même manière que l’ail… Hachez les feuilles pour assaisonner vos salades, faire une sauce avec du fromage blanc, un beurre délicatement aillé, ajoutez les à vos ragoûts… Les fleurs s’utilisent en décor. Les graines, à saveur de moutarde, s'emploient comme épices.


    BEURRE A L'ALLIAIRE

    Hachez finement un petit bouquet d'alliaire en choisissant les feuilles du sommet, plus tendres. N'hésitez pas à mettre aussi les fleurs.

    Incorporez à du beurre demi-sel, puis dégustez sur des tranches de pain de campagne ou utilisez sur des légumes vapeur.


    VINAIGRE A L'ALLIAIRE

    Remplir, sans tasser, un bocal en verre ou en grès. Recouvrir de vinaigre de cidre et laissez macérer une quinzaine de jours.
    Ce vinaigre vous servira pour vos crudités, déglacer une poêle ou assaisonner une salade au poisson.

     


    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article
    20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 13:15

    Synapis alba ou sénevé, ou "sanve".

    La moutarde blanche est une plante commune en France, dans les champs et au bord des chemins. Elle peut atteindre 1 mètre de haut, cultivée elle sert à la fabrication du condiment du même nom. Sa fleur est jaune à 4 pétales, elle est comestible, ainsi que les jeunes feuilles (au printemps, sinon elles deviennent amères) et les graines. Elle appartient à la famille des brassicacées, comme les choux, les brocolis, les radis, le colza auquel elle ressemble…

    Les feuilles se consomment en salade ou bien cuitent comme des épinards.

    Les fleurs peuvent décorer une salade et les boutons floraux se font cuire vapeur et se mangent comme des brocolis…

    Les graines servent bien sur à la fabrication de la moutarde, mais il en faut une telle quantité qu’il est quasiment impossible de fabriquer sa propre moutarde. Vous pouvez cependant récolter les graines, pour les associer à des sauces, vinaigrettes, chutneys, avec du miel… Si vous les écrasez avec un peu d’eau, vous libérez le piquant, pour arrêter la réaction, on y rajoute du vinaigre ou du citron… Vous pouvez aussi récolter les graines mûres au début de l’été, enfermées dans des gousses pour les faire germer et les associer à une salade.

    Elle est aussi utilisée comme engrais vert dans les champs en jachères.



    BISCUIT APERO AUX GRAINES DE MOUTARDE ET PARMESAN

     

    Pour une vingtaine de pièces

    60g de farine bise (T80) 


    20g de parmesan râpé


    20g de graines de moutarde


    1 cuillerée à soupe de graines de sésame

    1 oeuf


    5 cuillerées à soupe d'huile d'olive


    25 ml de lait

     

    Préchauffer le four à 180°. Mélanger la farine, le parmesan, les graines de moutarde et les graines de sésames. Ajouter l'oeuf, l'huile et le lait. Mélanger. Sur une plaque, déposer et aplatir légèrement des cuillerées de pâte en laissant un peu d'espace entre chaque. Une fois le four à la bonne température, enfourner pour 20 mn, puis laisser totalement refroidir sur une grille avant de servir.  
    Repost 0
    Published by Pia - dans Plantes
    commenter cet article

    Présentation

    • : Cueillette & Cie
    • Cueillette & Cie
    • : Pour ceux et celles qui souhaitent cueillir et déguster !!!
    • Contact

    Texte Libre

    Recherche